Annonces Année de la Vie consacrée

Evênement !

Le service des vocations (SDV pour les intimes) et les Soeurs de La Pommeraye proposent dans le cadre de l'Année de la Vie Consacrée le spectacle-théâtre "Désert Fertile" le dimanche 10 janvier à 15h00.

Unique représentation, elle aura lieu chez les Petites Soeurs des Pauvres à Agen au :
102, avenue Georges Delpech – 47 000 Agen

Les prix des places sont de 12€ pour les adultes et 3€ pour les -18 ans.

Réservations (et complément d'informations) avant le 5 janvier 2016 au : 06.99.61.12.47

Pour télécharger l'affiche, cliquez ici.

Dizainier - Signature (petite taille)

Share

800 ans de l'Ordre des Prêcheurs,
week-end d'entrée dans le Jubilé

 

Etudiants, jeunes professionnels,
membres de la famille dominicaine…

Rendez-vous au Monastère Sainte-Marie de Prouilhe du vendredi 6 au lundi 9 novembre 2015 !
avec la participation de Fr. Benoît Vandeputte, o.p. aumônier national des Scouts et Guides de France

Pour plus d'unformations, Télécharge le tract

Dizainier - Signature (taille moyenne)

Share

Découvrez et méditez sur l'homélie de Mgr Hubert HERBRETEAU prononcée au monastère des Clarisses pour la journée de la Vie Consacrée.

Citations : Ex 3, 1-6.9-12 ; Ps 39 ; Mt 9 , 35-38

Chers amis, frères et soeurs,

« Priez donc le maître de la moisson ! » Prier, pourquoi et comment ? Il nous arrive parfois de nous lamenter. Nous prions très fort et avec beaucoup d’assiduité et Dieu semble sourd à nos appels, à nos besoins, à nos requêtes.

Lorsqu’il s’agit de la prière pour les vocations sacerdotales et religieuses, le doute nous envahit parfois. Depuis des années, nous demandons avec insistance que puissent éclore ces vocations et rien ne semble changer. Nous sommes toujours dans la même situation de pénurie. La prière serait-elle inefficace ? Serait-elle une manière de prendre notre mal en patience, de nous consoler à bon compte ?

« Priez donc le maître de la moisson ! » Cette prière, selon le passage de l’évangile de Matthieu que nous venons d’entendre, revêt trois aspects : c’est une prière d’émerveillement, de demande et une prière tout entière tournée vers le Père.


Une prière d’émerveillement


Jésus dans une courte parabole dit à ses disciples que la moisson est abondante. Les champs sont mûrs pour la moisson. La Parole de Dieu est la semence que Jésus a répandue dans le monde. Qu’attendons-nous pour remercier le Maître de la moisson, son Père ?

L’abondance est évidente. Nous pouvons nous émerveiller de la vitalité de nos paroisses, rendre grâces pour les nombreuses initiatives au sujet de la nouvelle évangélisation, remercier le Seigneur pour le beau cheminement des jeunes confirmés, des catéchumènes adultes. Bien entendu, pour que la moisson soit abondante, il a fallu travailler la terre, trouver les bonnes conditions pour que la croissance spirituelle des personnes et des communautés puisse se réaliser.

Mais n’oublions jamais que « la croissance, c’est Dieu qui la donne », comme le dit saint Paul. Il en est de même pour toutes les missions que nous mettons en oeuvre. C’est la mission du Christ qui est première et nous sommes au service du Christ.

Est-ce que notre prière est suffisamment chant de louange, chant de remerciement pour le don généreux de Dieu dans sa Parole et ses sacrements ?

La réussite de nos actions pastorales vient du Père. Notre courage et notre dynamisme trouvent leur source dans cette conviction. Au moment de lancer de nouvelles réalisations, commençons par une prière d’action de grâce !


Une prière de demande


Viennent ensuite l’intercession, la demande et la supplication. Dans l’épisode que nous venons de lire, l’évangéliste évoque le regard de Jésus sur les foules « fatiguées et abattues » Méditons sur ce regard du Christ !

La moisson est abondante. Pourtant la joie de Jésus n’est pas totale. Les foules qui viennent à lui sont désespérées, marquées par des épreuves, sans repère, « comme des brebis sans bergers ». Les malades sont nombreux. Les petites gens ont besoin de quelqu’un qui les guide, les rassemble dans l’unité et prenne soin d’elles.

Aujourd’hui, la moisson est abondante, mais dans le champ du monde, il y a beaucoup de personnes en attente de bonheur, de paix, de dignité.

N’ayons pas peur de demander en disant : « Seigneur que ton règne vienne ! » ; « Seigneur donne-nous des pasteurs selon ton coeur ! Des pasteurs qui soient de véritables guides pour notre temps, qui favorisent la fraternité et qui proposent la guérison des âmes. » ; « Seigneur, donne-nous des religieux et des religieuses ! ».

Nous allons vivre en 2016, une année jubilaire de la miséricorde. Jésus le Christ est le visage de la miséricorde. En tant que disciples de Jésus, notre mission est de témoigner de la miséricorde de Dieu. Que notre prière de demande consiste à demander le courage du témoignage et la force d’agir auprès de ceux qui sont « fatigués et découragés », errants comme des brebis sans bergers.

La prière de demande est tout le contraire d’une attitude de passivité. Elle met au contraire en mouvement. Il s’agit, dit saint Ignace de Loyola, de « demander à Dieu sa grâce pour que toutes nos activités, toutes nos pensées soient purement ordonnées au service et à la louange du Seigneur. »


Une prière tournée vers le Père


Enfin, prier le Maître de la moisson, c’est se tourner vers le Père. Le Christ nous montre le chemin. Trois attitudes sont requises.

• Tout d’abord un grand sens de la grandeur de Dieu. Devant les champs prêts pour la moisson et l’arrivée des moissonneuses batteuses, comment ne pas murmurer : « Tu es grand Seigneur, Dieu de l’univers ». Comment ne pas dire : « Tu es béni Seigneur, Dieu de l’univers, toi qui nous as donné ce pain et ce vin, fruits du travail de l’homme… »

• Il faut ensuite s’en remettre à sa très « douce volonté » comme nous le chantons parfois. C’est le bon plaisir de Dieu qu’il nous faut respecter. Une prière tournée vers le Père est donc une prière d’abandon, de lâcher prise. S’agissant de la prière des vocations, l’abandon entre les mains du Père nous est nécessaire. Le Père continue d’appeler pour sa moisson, aujourd’hui comme hier.

Le petit mot prononcé par Moïse, « me voici », exprime parfaitement cet abandon. Les personnes totalement données à Dieu dans la vie consacrée savent ce ce qu’il représente : disponibilité, renoncement qui se traduit par les trois conseils évangéliques : obéissance, pauvreté et chasteté. « Me voici Seigneur tel que je suis avec mes faiblesses et mon péché ! Me voici dans la fidélité à ton nom.»

Enfin la prière tournée vers le Père est une prière d’espérance. Les demandes exprimées seront exaucées. Pas forcément dans l’immédiat et pas forcément comme nous pourrions l’imaginer. Pour l’instant il s’agit de croire à la fécondité de la prière, et de travailler avec ardeur dans le champ de Dieu.

Saint Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, utilise cette image : « Nous travaillons ensemble à l’oeuvre de Dieu, et vous êtes le champ de Dieu, la construction de Dieu » (1 Co 3, 9).

Que cette eucharistie exprime donc la grandeur de de Dieu, notre abandon entre ses mains et l’espérance qui nous anime !

Amen !

Mgr Hubert HERBRETEAU
Monastère des Clarisses à Nérac, le samedi 4 juillet 2015

Dizainier - Signature (taille moyenne)

Share

Vous ne savez que faire le week-end du 30 mai ?

Vous avez envie de vivre quelque chose qui change de votre quotidien ? De prières et d'échanges ?

Alors cette journée est faite pour vous !

 

Dans le cadre de l'année sur la vie consacrée, la communauté bénédictine du monastère Sainte-Marie de la Garde vous propose le samedi 30 mai 2015 une journée sur le thème de l'obéissance.

 


 

Programme de la rencontre

  • 11 h 30 : rendez-vous au monastère
  • 12 h 00 : temps de prière avec la communauté (office de Sexte) suivi du déjeuner (pique-nique tiré du sac)
  • 13 h 20 : chapelet médité
  • 14 h 00 temps de prière avec la communauté (office de None) suivi d'un film DVD sur la vie monastique et d'une conférence (avec questions-réponses)
  • 16 h 00 : temps libre en silence (prière personnelle, lecture… )
  • 17 h 30 : vêpres pour ceux qui le souhaitent

Pour plus d'informations, vous pouvez les contactez au 05 53 66 28 20 ou par courriel via leur site.
Vous pouvez également retrouver l'adresse du monastère via notre carte des communautés religieuses du Lot-et-Garonne.

Télécharger l'affiche

Dizainier - Signature (petite taille)

Share

L'année de la vie consacrée commence demain. A cette occasion le pape François a écrit une lettre apostolique destinée à tous les consacrés.
Mais que nous soyons consacrés ou non, lisons ce message afin d'entrer pleinement dans cette nouvelle année !

(extrait, la suite est à lire ou à télécharger sur le site du Vatican)

"Chères consacrées et chers consacrés !

Je vous écris comme Successeur de Pierre, à qui le Seigneur a confié la tâche de confirmer ses frères dans la foi (cf. Lc 22, 32), et je vous écris comme votre frère, consacré à Dieu comme vous.

Remercions ensemble le Père, qui nous a appelés à suivre Jésus dans la pleine adhésion à son Évangile et dans le service de l’Église, et qui a répandu dans nos cœurs l’Esprit Saint qui nous donne la joie et nous fait rendre témoignage au monde entier de son amour et de sa miséricorde.

En me faisant l’écho du sentiment de beaucoup d’entre vous et de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, à l’occasion du 50ème anniversaire de la Constitution dogmatique Lumen gentium sur l’Église, qui au chapitre VI traite des religieux, comme aussi du Décret" […]

Lettre écrite par le pape François et datée du 21 novembre 2014, Fête de la Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie et publiée le 28 novembre sur le site du Vatican.

Dizainier - Signature (petite taille)

Share

L'année de la vie consacrée commence le 30 novembre. En attendant lisez cet appel et réveillez votre foi !

(extrait, la suite est à lire ou à télécharger sur le site du Vatican)

Chers frères et sœurs,

« La joie de l’Évangile remplit le cœur et toute la vie de ceux qui rencontrent Jésus. Avec Jésus Christ, la joie naît et renaît toujours ».

Dans le magistère du Pape François, l’incipit d’Evangelii gaudium résonne avec une vitalité surprenante : il nous tourne vers ce mystère merveilleux de la Bonne Nouvelle qui, accueilli dans le cœur de la personne, en transforme la vie. C’est la parabole de la joie qui nous est racontée : la rencontre avec Jésus allume en nous la beauté de l’origine, celle du visage sur lequel resplendit la gloire du Père (cf. 2Co 4,6), source de la joie.

La Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique propose de réfléchir sur le temps de grâce qu’il nous est donné de vivre, cette invitation spéciale que le Pape adresse à la vie consacrée.

Accueillir ce magistère, c’est renouveler son existence suivant l’Évangile, non selon une radicalité comprise comme modèle de perfection et souvent de séparation, mais dans l’adhésion toto corde à l’événement de la rencontre salvifique qui transforme la vie. « Il s’agit de tout quitter pour suivre le Seigneur. Non, je ne veux pas dire radical. La radicalité évangélique n’appartient pas seulement aux religieux: elle est demandée à tous. Mais les religieux suivent le Seigneur de manière spéciale, sur un mode prophétique. Moi, j’attends de vous ce témoignage-là. Les religieux doivent être des hommes et des femmes capables de réveiller le monde ». […]

Lettre écrite et présentée à Rome le 26 Février 2014 par la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de vie apostolique.

Share